vendredi 3 février 2017

Le petit ourson polaire berlinois a été baptisé

jeudi 22 décembre 2016

Angoulême : les policiers s’occupent du caniche d’une femme hospitalisée

C’est la belle histoire du jour, elle s’est déroulée mercredi soir au commissariat d’Angoulême

La procédure est pourtant claire : tout animal dont le maître doit être hospitalisé est placé dans une cage et mis à l’extérieur. Mais les frimas de l’hiver ont eu raison du cœur tendre des policiers angoumoisins.
Mercredi vers 23h30, ils sont appelés par les pompiers qui interviennent chez une dame à La Couronne, tellement ivre qu’elle doit être hospitalisée. Or, cette dame à un caniche, un vieux blanc à l’œil qui coule. Bref, un de ceux qui attendriraient le plus dur des hommes.
Et c’est l’effet qui l’a eu sur les fonctionnaires qui n’ont pas respecté la procédure et l’ont ramené au commissariat, au chaud. Nourri et dorloté, il attend gentiment que sa maîtresse soit remise sur pied. A moins que par reconnaissance, il ne choisisse de s’engager dans la police !
http://www.sudouest.fr/2016/12/22/angouleme-les-policiers-s-occupent-du-caniche-d-une-femme-hospitalisee-3049156-813.php

mardi 15 novembre 2016

lundi 14 novembre 2016

Première sortie des rares bébés tigres de Sibérie au zoo de Besançon

hebergement d'image

Baïkal, Saïan et leur sœur Taïga sont sortis de leur tanière ce lundi. Ces trois bébés tigres de Sibérie, une espèce rare très menacée, ont été vus pour la première fois au zoo de Besançon, où ils sont nés le 29 septembre. Ils ont été manipulés pour la première fois par les soignants jeudi.
« Ils se portent très bien » et pèsent désormais plus de cinq kilos chacun, a indiqué à l’AFP Margaux Pizzo, responsable du Jardin zoologique de la Citadelle de Besançon.

Espèce classée en danger sur la liste rouge des espèces menacées

« Cette naissance est d’autant plus exceptionnelle que le père, Cliff, est doté d’un patrimoine génétique très intéressant, car très faiblement représenté dans la population captive des tigres de Sibérie en Europe », a-t-elle ajouté, soulignant « l’importance de préserver la diversité génétique de l’espèce ». D’autant plus que le tigre de Sibérie, qui compte environ 600 individus à l’état sauvage, est une espèce classée en danger sur la liste rouge des espèces menacées.
Le père est séparé de la portée par un grillage pour éviter qu’il ne porte atteinte aux tigreaux à l’épaisse fourrure, qui jouent gaiement avec la queue de leur mère. « Le mâle est calme et il ne semble pas agressif, mais nous préférons attendre que les petits soient plus costauds avant de les mettre en contact avec lui et ça dépendra de la manière dont la mère défend ses petits », a poursuivi Margaux Pizzo.
http://www.20minutes.fr/dossier/tigre